BPI

Bpifrance investira 8 milliards d'euros d'ici à 2017 dans les entreprises françaises. Serez-vous la prochaine ?
Updated: il y a 15 min 20 sec

#SocialExpress : le meilleur de la semaine

15 min 20 sec ago
Sur Twitter

Vivatech, le RDV mondial de l’innovation et des start-up approche à grands pas !

RDV du 24 au 26 mai 2018 à Paris pour la 3ème édition de #VivaTech ! L'événement international dédié à la croissance des #startups, la #transformationdigitale et à l’#innovation https://t.co/yKvUQ9rxJA @VivaTech pic.twitter.com/khmMVHYSxw

— Bpifrance (@Bpifrance) 14 mai 2018

Comment la France va s’imposer sur le marché des voitures autonomes ?

Les #VehiculesAutonomes arriveront sur les routes au début des années 2020. Comment la France veut s’imposer dans la course à la voiture autonome? https://t.co/fZDRH7PUoE#IoT #IntelligenceArtificielle #MachineLearning #AI #innovation #Tech #FrenchTech #startup #BigData pic.twitter.com/M1duxyXYj8

— Modis France (@ModisFrance) 15 mai 2018

On ne pouvait pas passer à côté du haka des entrepreneurs lors de l’événement #Jouri !

Le #haka de @Bpifrance pour donner envie aux entreprises d’aller à l’international ! Merci @NicolasDufourcq @Pedro__Novo @patricebegay pour cette belle journée lyonnaise consacrée à l’#export #international #jouri cc @eulerhermes @allianzfrance - à refaire ! pic.twitter.com/C3jlUMlyhY

— Ludovic Subran (@Ludovic_Subran) 17 mai 2018

Sur Instagram

La recette idéale pour se concentrer ?

Voici 5 façons d'augmenter ta concentration mon ami(e) !⚡ ~ Abonne-Toi à @educationdubusiness pour plus de posts comme ça ! ~ #Riche #Investir #Economiser #Argent #Entrepreunariat #Reussite #Succès #Entreprendre #Richesse #IndependanceFinanciere #Perseverance #Millionaire #Milliardaire #confianceensoi #croireensois #devellopementpersonnel

Une publication partagée par @ educationdubusiness le 17 Mai 2018 à 10 :48 PDT

Sur Linkedin

L’industrie française s’empare de la fabrication additive !

La French Fab : 5 questions à Agnès Jullian (Technilum)

15 min 20 sec ago

Technilum est une entreprise spécialisée dans le mobilier urbain d'éclairage.

Survolez cette infographie interactive afin de découvrir chaque séquence en vidéo !

 

Agnès Jullian s’engage avec La French Fab. Et vous ?

Midi Planète #1 Alerte ça chauffe !

15 min 20 sec ago

Petits événements internes conviviaux à l’heure du déjeuner, les Midi Planète rassemblent tous les mois des collaborateurs de Bpifrance autour d’un débat sur un des objectifs du développement durable, précédé de deux courts-métrages.

Bpifrance est en effet partenaire cette année du festival de courts-métrages Le Temps Presse pour le Prix du Climat, et s’engage activement dans diverses actions sur ce sujet.[1]

Marc Obéron, président du festival, ainsi que Philippe Kunter, directeur développement durable et de la RSE ont introduit la session, qui a ensuite été animée par Catherine Maille et Clémentine Mellier.

Retrouvez les films en replay ! (disponibles un mois)Qui paiera l'addition du réchauffement climatique ? L'histoire de trois amis dans un bar.Les mystères de Claude Lorius, le glaciologue français qui a découvert le réchauffement climatique dans les fins fonds de l'Antarctique. 

Téléchargez ici la présentation du Midi Planète #1 !

Midi Planète #1 - Alerte ça chauffe.pptx (7,87 Mo)

Le festival Le Temps Presse

Le festival Le Temps Presse est un événement actuel qui sélectionne chaque année des courts-métrages en rapport avec les Objectifs du Développement Durable (ODD) établis par les Etats membres des Nations Unies.

L’origine du festival est le film « 8 », long-métrage constitué de 8 séquences réalisées par 8 grands réalisateurs internationaux. Chacun de ces 8 court-métrages traite d’un Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) de l’ONU.

"Suite à la diffusion du film sur internet le 5 février 2010, plus de 2 500 000 vues ont été enregistrées en moins de deux mois. Au vu de l’impact obtenu, nous avions décidé de poursuivre l’aventure en créant le festival Le Temps Presse." explique Marc Obéron, président du festival Le Temps Presse.

 Les 8 réalisateurs de « 8 » sont devenus jurys et ont invité le public à leur donner leur vision du monde. 

Les actions Bpifrance en faveur du climat

Des astuces pour la planète !

[1] Voir notamment, dans l’espace « Accueil », la Charte des Investisseurs Publics en Faveur du Climat, dont Bpifrance est signataire, et la Charte de Responsabilité Sociétale Bpifrance avec la TEE.

Concours Ma Pub Ici : édition 2018

15 min 20 sec ago

BNP Paribas a lancé la 5e édition du concours « Ma Pub ici ». Cette année, ce sont 14 lauréats qui se verront récompensés et tenteront de gager une campagne publicitaire sur mesure.

Parmi les 14 lauréats, un grand gagnant remportera en plus le prolongement de sa campagne à hauteur de 60 000 €, et sa publicité nationale sur les 8 000 écrans digitaux des agences BNP Paribas. Son nom sera révélé lors d’un événement en décembre 2018. 

Un déroulement en 4 étapes 
  1. Inscription jusqu'au 30 juin 2018
  2. Annonce des 14 entrepreneurs sociaux lauréats le 4 septembre sur mapubici.com
  3. Campagnes publicitaires des 14 lauréats du 1er au 30 novembre 2018
  4. Révélation du grand gagnant début décembre 2018

Inscrivez-vous vite ! 

Jour I : le haka des entrepreneurs

15 min 20 sec ago

Vu côté public / entrepreneurs...

 ...et côté scène

Merci à tous les entrepreneurs présents pour ce grand moment collectif partagé !

Le #haka de @Bpifrance pour donner envie aux entreprises d’aller à l’international ! Merci @NicolasDufourcq @Pedro__Novo @patricebegay pour cette belle journée lyonnaise consacrée à l’#export #international #jouri cc @eulerhermes @allianzfrance - à refaire ! pic.twitter.com/C3jlUMlyhY

— Ludovic Subran (@Ludovic_Subran) 17 mai 2018

 

#JourI Plus de 600 entrepreneurs déterminés pour conquérir le #monde à @villedelyon avec @Bpifrance. Allez-vous faire voir ailleurs et réussissez partout ! pic.twitter.com/uSzeXrHl9D

— Patrice Bégay (@patricebegay) 17 mai 2018

Appel d'Offres : Prestation Expert CA PPM

15 min 20 sec ago

La prestation se déroulera à Maisons-Alfort, au siège de Bpifrance Financement, au sein de la DSI.
Le planning prévisionnel de la prestation se déroulera comme suit :
· Démarrage de la prestation : 11/06/2018
· Fin de la prestation : 31/12/2018
La prestation se fera en mode régie.
Le courriel devra obligatoirement avoir pour objet DSI 2018 835 PAP EPE « Expert CA PPM ».
Les réponses à la présente consultation seront rédigées en français et sont attendues pour le 01/06/2018
à 17 heures 00 aux adresses électroniques suivantes : eric.perrin@bpifrance.fr

Appel d'offres : adaptation et implémentation du datamart investissement

15 min 20 sec ago

La Direction de l’Évaluation, des Études et de la Prospective (DEEP) a en autre pour mission de suivre et d’évaluer l’action de Bpifrance, notamment au travers du développement économique des entreprises. Ces travaux de mesure d’impact reposent sur l’analyse d’un historique de données individuelles portant à la fois sur des entités clientes et non clientes de Bpifrance, et permettant de qualifier la trajectoire de ces entités dans le temps.
À cet effet, la DEEP a réalisé et maintient, sur un serveur SAS, un DataMart s’appuyant sur le système d’information décisionnel de Bpifrance. Ce DataMart constitue la source principale de l’ensemble des études d’évaluation produites par la DEEP.

Un DataMart spécifique a été mis en place sur le périmètre de l’activité de financement en fonds propres, au vu de la spécificité de sa gestion et de ses sources d’alimentation. En effet, Bpifrance intervient en fonds propres de deux manières :

  • Investissement direct au capital d’entreprises d’une part,
  • Souscription dans des fonds d’investissement d’autre part (activité dite de « fonds de fonds »).

Cette collecte de données nécessite pour la DEEP de mettre en place des processus spécifiques de retraitement des fichiers constitués et de contrôle de leur qualité.
Le marché proposé porte spécifiquement sur ce Datamart et présente plusieurs enjeux :

  • Améliorer le DataMart actuellement mis en place en implémentant de nouvelles spécifications ;
  • Automatiser de nouveaux processus de contrôles de qualité et de détection d’anomalies.
Lieu de la prestation

La prestation sera réalisée dans les locaux de Bpifrance Financement de Maisons-Alfort (siège social)

Durée d’exécution

Le marché aura une durée d’exécution de 3 mois

Planning prévisionnel

Le planning prévisionnel de la prestation se déroulera comme suit :

  • Démarrage de la prestation : 2 juillet 2018
  • Fin de la prestation : 28 septembre 2018
Demande de renseignements

Vos interlocuteurs pour toute demande de renseignements et documents complémentaires sont :
Baptiste THORNARY: baptiste.thornary@bpifrance.fr

Clôture de l'appel d'offres : 30 mai à 17h

Les réponses à la présente consultation seront rédigées en français et sont attendues pour le 30 mai à 17 heures 00 aux adresses électroniques suivantes :

baptiste.thornaryi@bpifrance.fr, maud.blanchard@bpifrance.fr,  alexandre.gazaniol@bpifrance.fr

et
Le courriel aura pour objet « Bpifrance : DataMart Investissement-offre » et ne devra pas excéder la taille de 8 Mo.

Prix Entreprises et Environnement : appel à candidatures

15 min 20 sec ago
Pourquoi participer ?
  • Devenir une entreprise de référence, dont l’engagement en faveur du développement durable est reconnu par un jury de professionnels.
  • Valoriser votre engagement auprès de vos publics et de vos partenaires, y compris en interne.
  • Bénéficier d’une reconnaissance officielle de votre innovation par le ministère de la Transition écologique et solidaire de l'Environnement  et l’Ademe. Les lauréats seront mis en valeur par différents supports de communication à grande diffusion (reportage vidéo, site internet, dossier de presse…).
  • Participer au « European Business Awards for the Environment ». Le concours européen « European Business Awards for the Environment » est organisé tous les deux ans par la Commission européenne. Les Prix entreprises et environnement sont l’étape française de ce concours européen. 
Qui peut poser sa candidature ?

Les candidatures aux Prix Entreprises et Environnement sont ouvertes aux entreprises exerçant une activité en France. Les candidatures présentées par des associations ou groupements d'entreprises sont admises. Les candidats peuvent présenter aux prix entreprises et environnement des réalisations qui ont lieu en France ou à l'étranger, menées à bien par elles ou en partenariat avec d'autres acteurs.

Quelles sont les catégories des Prix Entreprises et Environnement ?

Dans chacune des cinq catégories des prix, un grand gagnant est désigné. Le jurys ont également la possibilité de décerner un prix spécial attribué à titre exceptionnel après un vote à l’unanimité des membres du jury. L’attribution de ce prix fait l’objet d’une motivation écrite démontrant la spécificité du projet.

Les catégories sont :

  • Économie circulaire 
  • Lutte contre le changement climatique 
  • Meilleur reporting environnemental 
  • Biodiversité et entreprises  
  • Innovation dans les technologies et les modèles économiques 
Candidatez avant le 13 juillet 2018

Le concours est ouvert jusqu’au vendredi 13 juillet 2018 avant minuit (font foi la date et l’heure de l’envoi du courriel par le candidat).

En savoir plus

Pour plus d'information sur les Prix Entreprises et Environnement  

Les prix seront remis au salon Pollutec à Lyon.

Evaluez votre maturité à l’export avec le « Mondialomètre »

15 min 20 sec ago

La plateforme analyse ainsi le marché, la culture, les aspects réglementaires et les ressources internes de l’entreprise pour mesurer son niveau de maturité avant de partir à la conquête de l’international.

Mesurer sa maturité avec le Mondialomètre

 En moins de 15 minutes et grâce au moteur d’analyse du « Mondialomètre », il est possible de :

  • réaliser l’auto-évaluation du niveau de maturité de son entreprise pour l’international,
  • recevoir des recommandations personnalisées pour activer les bons leviers,
  • accéder à l’offre Bpifrance pour accompagner son entreprise dans une démarche d’internationalisation : modules d’e-learning, modules de conseil, programmes de mise en réseau/accélération dans des zones mondes spécifiques, étude de Bpifrance Le Lab, conseils pratiques donnés par des pairs qui témoignent,
  • obtenir des analyses par zone ou pays ciblés...
Comment se connecter au Mondialomètre ?

Rendez-vous sur : https://mon.bpifrance.fr/

  1. Créez votre compte dans « MonBpifranceEnligne »
  2. Cliquez sur le lien du « Mondialomètre » dans l’espace « MonBpifranceEnligne »
  3. Remplissez le questionnaire
  4. Exportez votre rapport

#Globepreneurs : mettez l’international au cœur de votre stratégie

15 min 20 sec ago

Chaque entrepreneur peut publier son conseil pour s'implanter, exporter dans un pays en particulier, consulter les conseils d’autres personnes et s’il le souhaite, entrer en contact avec eux.

 Vous vous sentez l’âme d’un globepreneur et voulez participer ? Voici comment faire.

  • 1. Rendez-vous sur la page https://globepreneurs.bpifrance.fr ou ci-dessus.
  • 2. Cliquez sur le pays de votre choix
  • 3.a. Si vous avez Twitter : publiez votre conseil avec le hashtag #Globepreneurs + #nomdupays
  • 3.b. Si vous n’avez pas Twitter : cliquez sur le bouton « Poster un message » et rédigez votre conseil
  • 4. Diffusez la plateforme autour de vous !

 Entrepreneurs, allez vous faire voir ailleurs avec la plateforme Globepreneurs !

Cérémonie Pépites des PEPITE

15 min 20 sec ago

Quatre ans après la création des PEPITE (Pôle Étudiant Pour l'Innovation, le Transfert et l'Entrepreneuriat), de nombreuses créations et reprises d'entreprises ont vu le jour grâce à des étudiants et jeunes diplômés passionnés.

Viva Technology, le rendez-vous mondial des innovations et des startups, est l'occasion de célébrer les 10 plus belles histoires du dispositif issues de son réseau de 30 PEPITE  lors de la Cérémonie Pépites des PEPITE, parrainée par Augustin Paluel-Marmont, le co-fondateur de Michel et Augustin.

Les 10 startups participeront à un Pitch Contest devant un jury composé d’investisseurs et de représentants de grandes entreprises. Bpifrance est membre de ce jury.

L'objectif est de mettre en lien les étudiants-entrepreneurs et les entreprises pour leur permettre de mieux adapter leurs offres à la réalité économique, de favoriser des partenariats avec les entreprises et de créer de nouvelles opportunités de business.

Rendez-vous à Viva Technology le 26 mai de 14h à 15h30 !

Le saviez-vous ? 

Le concours Pépites des PEPITE s'adresse à toute personne physique ou morale, quelle que soit sa nationalité et étant :

  • étudiant-Entrepreneur ou alumni ;
  • et/ou l’un des lauréats régionaux ou nationaux du Prix Pépite 2014, 2015, 2016 ou 2017
  • et/ou lauréat du concours Émergence
  • et/ou lauréat du concours i-LAB “Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies” (ex CréaDev).

Les critères de sélection ? 
L’évaluation des projets s’appuie sur l’analyse des critères suivants :

  • le nombre d’emplois créés en CDD & CDI à la clôture du dernier exercice comptable ;
  • le chiffre d’affaires à la clôture du dernier exercice comptable ;
  • le total de l’actif à la clôture du dernier exercice comptable.

  

Le chiffre de la semaine : 67 566 PME

15 min 20 sec ago

C’est le nombre de PME de croissance en France au premier janvier 2017. 

Selon Bpifrance et Katalyse, une entreprise de croissance présente sur les cinq dernières années une croissance annuelle de ses effectifs ou de son chiffre d’affaires supérieure à 10 %. Toutefois 28 % affichent une croissance annuelle de leur chiffre d’affaires de 40 % et plus. 

Ces sociétés peuvent être des start-ups innovantes en phase de recrutement, des sociétés fusionnant suite à un accompagnement en capital-développement, ou encore des PME partant à l’international.
Si l’Île-de-France est en tête avec 27,2 % des effectifs, la répartition entre les régions reste harmonieuse et reflète le dynamisme national de ces entreprises.

Source : Baromètre PME+ de Katalyse et Bpifrance du 10/04/2018. 

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

5 conseils pour réussir son salon international

15 min 20 sec ago

Quelques conseils pratiques pour réussir son salon international

Bien choisir son salon
Il est nécessaire de cibler un salon privilégié par l’écosystème de votre entreprise. L’idéal est de sélectionner un salon référent dans votre domaine d’activité.

Mobiliser les équipes commerciales
La mobilisation des équipes commerciales en amont permet d’identifier les clients et prospects présents, afin d’organiser des rendez-vous pendant le salon !

Se faire accompagner
Votre temps n’est pas extensible lors d’un déplacement. Pour l’optimiser au mieux, des organismes comme Business France ou Bpifrance vous permettent de gagner du temps afin de réseauter sur place ou pour booster votre visibilité sur l’événement.

Ne pas négliger la communication !
Annoncer sa présence à un salon, avant, pendant et après est très important ! Pour ce faire, mobiliser les équipes de communication pour informer votre écosystème (clients, partenaires,  prospects, fournisseurs, …) de votre présence sur le salon.

Regarder et apprendre (watch & learn)
Un salon est une opportunité d’être en prise directe avec des clients et prospects. C’est aussi l’occasion d’être à l’écoute des personnes, des tendances sur votre secteur, pour mieux adapter votre stratégie par la suite.

Témoignage #1 - Jean-Pierre Alaux, dirigeant d'Eurosit

15 min 20 sec ago
Pouvez-vous nous présenter la société EUROSIT, que vous dirigez ?

Jean-Pierre Alaux : EUROSIT conçoit et fabrique des sièges de bureaux et de collectivités grâce à des collaborations avec de grands designers, mais également avec des étudiants en design. Elle est l’un des leaders européens du siège de bureau. L’usine, d’une superficie de 20 000 m2 est située à Nevers, dans la Nièvre, et emploie 145 personnes. En 2016, la société a réalisé 33 millions d’euros de chiffre d’affaires, principalement auprès de clients grands comptes nationaux et internationaux (Ministères, banques, Industries…) et s’appuie sur un réseau de distributeurs agréés. Sa capacité moyenne de production est de 1 500 sièges par jour. Une réelle philosophie managériale dicte nos choix. Les valeurs fortes d’EUROSIT sont l’humanisme, le respect de tous et le développement de chacun au travers d’un projet économique et social centré sur la performance et sur le « made in France ». Notre mission est de concevoir, fabriquer et proposer des solutions toujours innovantes pour la fonction assise et son environnement.

En quoi consiste votre démarche RSE ?

Jean-Pierre Alaux : en tant que dirigeant d’EUROSIT, je considère que la performance économique de l’entreprise nécessite et repose sur une démarche volontariste, tant dans le domaine social que dans l’environnement. Le développement durable fait partie de notre culture depuis plus de 15 ans (nous avons adhéré au Pacte Mondial de l’ONU en 2002 !). C’est une démarche intégrée à la stratégie, qui se déploie dans l’entreprise dans les 3 piliers économique, environnemental et social, et qui se traduit par notre système QSEE pour lequel nous avons obtenu les certifications ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001 et ISO 50001.

La démarche RSE d’EUROSIT a en plus été évaluée exemplarité (niveau 4) en ISO 26 000. Cette démarche repose sur trois axes.

L’un de ces trois axes est l’axe économique. Nous visons la solidité pour que demain soit meilleur. L’entreprise doit être pérenne grâce à sa stabilité financière. Cela nécessite d’investir régulièrement pour avoir des produits bien positionnés en prix et qui offrent de multiples variantes pour les clients, de faire preuve d’une grande souplesse d’adaptation, de se projeter en permanence à travers des analyses les évolutions sociologiques et économiques et de favoriser la sélection de fournisseurs de proximité.

Pour ce qui est de l’axe environnemental et énergie, nous voyons l’environnement comme un comportement et un outil de performance. Cela passe par la maîtrise de nos consommations énergétiques (diminution des consommations de gaz et électricité de 40 % depuis 2005 à activité constante), la réduction et la valorisation des déchets, la transition vers des process plus propres, l’inclusion systématique de principes d’éco-conception dans la création des produits, la prévention de tous les risques de pollution et enfin une équipe environnementale impliquée dans l’amélioration des axes environnementaux. La réalisation d’un bilan carbone complète cette démarche.

Enfin, l’axe social est primordial. Il s’agit de bien vivre son métier et bien être dans sa société. Cela passe entre autres par le développement des compétences du personnel et la distribution d’intéressement et de participation. 

Quels sont les résultats de votre démarche ?

Jean-Pierre Alaux : Concernant le pilier économique, le résultat d’exploitation est en forte augmentation depuis 2012. Il était alors de 282 k euros, il atteint en 2016 les 1 600 k euros.

Pour ce qui est de l’environnement, on observe une diminution des consommations de gaz et d’électricité et, dans le cadre de l’évolution vers des process plus propres, nous avons réduit de 90 % notre consommation de colles à solvants. La réalisation du bilan carbone permet de plus d’établir un plan d’actions pour réduire de 10 % les émissions de gaz à effet de serre (utilisation de plus de matières recyclées, recycler les déchets papiers, contrôle de la température des bureaux et amélioration de leur isolation, formation des commerciaux à l’éco-conduite, mise en place d’un service de réhabilitation des produits).

En ce qui concerne le volet social, l’entreprise s’attache à demeurer une entreprise à taille humaine et l’évolution des effectifs se fait de manière contrôlée. Le volume distribué en intéressement et participation a lui plus que doublé triplé entre 2013 et 2016 

Témoignage #2 - Sylvie Casenave-Péré, PDG de Posson-Packaging

15 min 20 sec ago
Depuis quand votre démarche RSE est-elle en place ? 

Sylvie Casenave-Péré : Dès la reprise de l’entreprise nous avons engagé une démarche qualité totale appuyée sur les 4 piliers de ce que nous avons, dès 1995, considéré comme les bases vitales d’une entreprise responsable, savoir : les salariés, les clients, les fournisseurs, actionnaires et banquiers et enfin la maîtrise de l’impact environnemental de notre activité industrielle. Dès lors, les 70 salariés de cette période particulière du redressement économique de l’entreprise se sont mobilisés de manière constante autour de l’écoconception, la gestion à la source de nos déchets, leur valorisation, l’acquisition des bonnes pratiques environnementales, mais aussi, la communication de notre démarche auprès de nos clients, fournisseurs, partenaires financiers. C’est donc par ce management global et la bonne compréhension par chaque acteur de l’entreprise POSSON que nous avons réussi à revenir in boni, et créer, il y  a 10 ans notre usine Idéale.

Avez-vous une certification ?

Sylvie Casenave-Péré : ISO 9002 depuis 1997, ISO 14001 depuis 2000, OHSAS18001 depuis 2006, Label Imprim’vert en 2008, Certifications de traçabilité FSC et PEFC depuis 2012, certification process ISO 12647-2 cdepuis 2014, certification sanitaire ISO 22000 depuis 2015 et premier rapport RSE en 2016. Aucune certification RSE proprement dîte, la RSE étant un référentiel. Publication de notre deuxième rapport RSE en février 2017.

Qui implique-t-elle ?

Sylvie Casenave-Péré : L’ensemble du management mais aussi chaque équipier de production est directement acteur de notre politique de management global par la qualité. L’organisation est fondée sur le management par processus entièrement animé par les valeurs de l’entreprise.

Quels sont les résultats pour votre entreprise ? 

Sylvie Casenave-Péré : une croissance régulière soutenue, un résultat positif récurrent, une dynamique d’investissements forte, des partenariats fournisseurs et clients pérennes, un taux de service clients supérieur à 95 %.

Des économies réalisées ?

Sylvie Casenave-Péré : 

   - Au plan économique : optimisation des matières premières et des ressources énergétiques (baisse de plus de 9 % de notre consommation d’eau de 2014 à 2015)

   - Réduction de notre consommations électrique : -9 % entre 2014 et 2015/ tonne de carton transformée.

   - Réduction de notre impact carbone grâce notamment à l’optimisation de notre logistique (camions à double étages)

   - Choix de véhicules hybrides pour la totalité de la flotte entreprise

   - Développement du covoiturage

   - Valorisation de 99,78 % des 3950 tonnes de déchets générés par an

Perception des collaborateurs ?

Sylvie Casenave-Péré :

   - Une intégration des minorités défavorisées : 7,4 % des salariés sont en situation de handicap

   - Accidentologie au travail inférieure à la moyenne sectorielle tant en fréquence qu’en gravité

   - Taux d’absentéisme réduit au maladies et événements familiaux : 4,7 %

   - Formation de 83% des salariés aux risques et addictions en 2016

   - 4 % de la masse salariale allouée à la formation depuis 20 ans, dont 74 % du budget à la sécurité, 23 % au développement des compétences et 3 % à la professionnalisation. 

   - Mixité des effectifs avec 34 % de femmes contre 20 % pour la moyenne sectorielle.

   - Comité de Direction paritaire de 7 managers : 4 femmes et 3 hommes

   - Mobilisation spontanée de nos équipes autour des grands événements collectifs de la vie de l’entreprise : portes ouvertes, Noël, événements sportifs.

Auriez-vous quelques bons conseils à donner à un entrepreneur qui souhaiterait engager une démarche RSE ? 

Sylvie Casenave-Péré : Penser pérennité, comprendre l’ensemble des enjeux de l’entreprise, exprimer et communiquer sa vision, se faire aider de jeunes stagiaires et rencontrer des groupes d’entreprises qui se sont réunies autour de la RSE (Dirigeants Responsables de l’Ouest dans les Pays de Loire), pour vivre des partages d’expérience

POSSON PACKAGING :

Fabrication d’emballages imprimés en carton : 1, 5 Millions d’emballages sortent tous les jours de notre usine idéale

Un effectif de 130 personnes

Un CA de 24,5 M€ en 2016 

Une entreprise se situant dans le bassin d’emploi de Sablé-sur Sarthe

www.possonpackaging.fr

Témoignage #3 - Brice Chambard, Président d'Obiz

15 min 20 sec ago
Quelle est votre démarche RSE ? 

Brice Chambard : "La culture RSE fait partie de l’ADN d’OBIZ. Dès le début de l’aventure entrepreneuriale, l’ensemble de l’écosystème a été impliqué : salariés, clients, fournisseurs, concurrents, actionnaires et partenaires financiers, organisations professionnelles, collectivités, interlocuteurs politique, organisation syndicale et partenaires sociaux.
 
Obiz est une solution innovante de marketing relationnel socialement responsable :
 
• Nous animons des communautés de clients en leur offrant accès à un contenu exclusif d’avantages.
• Nous augmentons le pouvoir d’achat des bénéficiaires qui profitent des meilleures offres du marché.
• Nous impactons la santé publique avec des offres axées sur le sport, le bien-être, le mieux-vivre
• Nous boostons l’économie locale en proposant une communication gratuite à nos partenaires.
• Nous permettons ainsi d’accroitre la digitalisation des organisations de toutes tailles.
 
Nos clients, entreprises leaders et internationales, utilisent nos expertises digitales et marketing pour se différencier, impacter la fidélité et mieux connaître leurs clients, mais également pour innover dans leur propre culture RSE."

 Quels sont les résultats pour votre entreprise ? 

Brice Chambard : "OUI, la RSE permet d’améliorer les résultats de l’entreprise. Que ce soit au niveau du positionnement stratégique, de l’image ou de la capacité à fédérer des talents, la RSE nous permet de nous différencier positivement.
 
Par exemple, nous recrutons des talents sur des métiers à fortes tensions. Ils font le choix de rejoindre l’aventure OBIZ pour l’ADN de l’entreprise et ses valeurs sociétales.
 
Nous sommes Lauréat du Pass French Tech, du Deloitte Technology Fast 50 et du Red Herring Europe."

Auriez-vous quelques bons conseils à donner à un entrepreneur qui souhaiterait engager une démarche RSE ? 

Brice Chambard : "Le dirigeant doit avoir comme priorité la propagation de la culture RSE & de l’identité de son entreprise. C’est celui qui donne le sens à l’ensemble des parties prenantes, qu’elles soient internes ou externes. Il doit inspirer et donner l’exemple."

Carte d'identité d'Obiz
  • Quel est votre CA en 2016 ? 1 840 K€
  • Quelle est votre localisation géographique ? Lyon
  • Quel est votre activité ? Marketing relationnel éthique
  • Quel est votre effectif ? 32
  • Quelle est votre adresse de site web ? www.obiz.fr

Témoignage #4 - Sylvain David, Responsable RSE & Accompagnement des Organisations de l'entreprise CETIH

15 min 20 sec ago
Pouvez-vous nous présenter la société CETIH ?

Sylvain DAVID : "CETIH (Compagnie des Equipements Techniques et Industriels pour l'Habitat) est spécialiste de l’enveloppe de l’habitat. L’entreprise fabrique des portes d’entrée (métier historique), des fenêtres et des solutions énergétiques de l'habitat via le rachat de l’entreprise Systovi. CETIH comptera bientôt 1 000 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros. Le siège social et le centre de R&D sont basés à Machecoul en Loire-Atlantique (44). CETIH compte 7 sites industriels répartis un peu partout en France et 6 marques commerciales, notamment la marque Bel’M."

En quoi consiste votre démarche RSE ?

Sylvain DAVID : "En 2007, Yann Rolland, Président de CETIH veut faire de la RSE l’un des piliers structurants de la stratégie de l’entreprise. La démarche RSE a ensuite été initiée via un travail en interne, du benchmark et enfin un audit externe. Nous avons en particulier commencé par monter un groupe de travail pour réfléchir à ce que nous faisions déjà en matière de RSE, sans nécessairement être conscients qu’il s’agissait de RSE. Un plan d’action a ensuite été défini sur trois dimensions :

   - L’axe « produit » : éco-conception, achats responsables, promotion du développement durable auprès des fournisseurs et clients, affichage environnemental.

   - L’axe « bâtiments et process » : réduction des impacts de l’activité de l’entreprise sur l’environnement notamment via une réduction de la facture énergétique, une réduction des impacts liés aux déchets et une réduction des impacts sur l’eau et l’air. Réalisation d’un bilan carbone.

   - L’axe « social et sociétal » : amélioration de la politique santé et sécurité, développement de l’éco-citoyenneté, développement de la participation des salariés aux résultats de l'entreprise et renforcement de l'implication sociétale.

Nous sommes de plus labellisés LUCIE depuis 2009 et dans ce cadre nous sommes audités par VIGEO tous les 18 mois (contrôle externe de la démarche). Cet audit permet à la fois de dynamiser les équipes en interne car cela nous pousse à rester actifs mais aussi de communiquer en externe en étant légitimes et en évitant les risques de greenwashing. Le groupe se fixe des objectifs en matière de RSE sur cinq ans et publie un rapport RSE / développement durable à l’occasion de chaque clôture. L’objectif est de publier ce rapport quand cela a du sens et qu’il y a de la matière, pour raconter une histoire."

Quels sont les résultats de votre démarche ? 

Sylvain DAVID : "D’une part, certains résultats sont facilement mesurables. Ainsi, les accidents du travail ont été divisés par 3 en 10 ans ce qui a permis d’économiser plusieurs dizaines de milliers d’euros de cotisations AT/MP par an pour des investissements qui sont assez faciles à effectuer.Les consommations d’eau ont aussi été fortement réduites et les déchets mieux valorisés, ce qui permet d’effectuer d'autres économies.

D’autre part, il existe certains gains liés à la démarche RSE qui sont moins facilement quantifiables tel que les gains liés à l’ergonomie, l’actionnariat salarié, la crèche inter-entreprises .... La RSE nous permet ainsi de donner de la valeur à nos marques, de fidéliser les collaborateurs ou encore de recruter des talents.

Les résultats du baromètre social montrent qu’une grande majorité des salariés connaissent la démarche RSE (85%), que 84% y adhérent et que plus d’un sur deux a modifié son comportement au quotidien. Pour beaucoup d’entre nous, lorsque nous avons des valeurs personnelles, pouvoir travailler dans une entreprise dans laquelle nous pouvons aligner celles-ci à celles de l’entreprise donne du sens et un plaisir à travailler. La démarche RSE permet d’innover, de donner du mouvement et de l’intérêt à notre activité. La RSE permet aussi aux collaborateurs d’oser dire, proposer, créer et imaginer. Finalement, avec la RSE, nous libérons les énergies, la créativité, les envies et les talents."

Pour en savoir plus sur la démarche RSE de CETIH : Rapport RSE

 

Témoignage #5 - Charles Hervé-Gruyer, créateur avec sa femme Perrine de la ferme du Bec Hellouin en Normandie

15 min 20 sec ago

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai 58 ans et suis éducateur spécialisé de formation. J’ai eu un bateau-école pendant 22 ans, Fleur de Lampaul, avec lequel nous emmenions des jeunes étudier les hommes et la nature à travers le monde. Ma femme était juriste internationale. Nous sommes devenus agriculteurs en 2006 sans rien y connaitre car nous étions tous les deux d’origine citadine. Nous avons découvert la permaculture et décidé de créer un nouveau type de ferme. Très rapidement, nous nous sommes aperçus que nous avions des résultats très étonnants qui ont intéressé la communauté scientifique. De 2011 à 2015 nous avons mené une étude qui portait sur la performance économique de ce modèle. Les programmes de recherche ont été menés en partenariat avec l’INRA et AgroParisTech. Aujourd’hui, les activités de la ferme se sont diversifiées.

Pouvez-vous nous parler de la ferme du Bec Hellouin et de ses différences par rapport à des fermes conventionnelles ou biologiques ?

La ferme du Bec Hellouin est une ferme expérimentale. Les écosystèmes naturels nous servent de modèle. Notre ferme est une ferme de 20 hectares qui comprend beaucoup de bois et d’herbages. Seulement 4000m carrés sont cultivés en maraîchage diversifié, ce qui représente une toute petite surface. Nous travaillons complètement à la main et nous avons donc moins d’investissements et de charges de fonctionnement que les fermes traditionnelles. Nous sommes entre 12 et 15. Nos activités se sont diversifiées entre la production agricole, les programmes de recherche (5 en ce moment), la partie enseignement / formation et la partie essaimage.  Nous faisons tout à la main sur des très petites surfaces qui sont extrêmement soignées. Notre modèle s’inspire à la fois du passé (nous cherchons à prendre le meilleur de différentes traditions, qu’elles soient françaises ou inspirées des pays du sud), mais aussi des découvertes scientifiques les plus modernes en rapport avec les sciences du vivant pour inventer l’étape d’après, c’est-à-dire l’agriculture du futur, l’agriculture de demain. Nous avons franchi un cap avec l’INRA notamment qui est venu confirmer les résultats. Les études ont eu un impact énorme sur le monde agricole et même au-delà, ce qui fait que nous sommes très sollicités pour accompagner des villes ou des projets.

Qu’est-ce que la permaculture ?

C’est une approche très contemporaine qui propose de prendre les écosystèmes naturels comme source d’inspiration pour nos installations humaines. La nature est notre grande inspiratrice. Nous essayons de créer des systèmes plus durables, qui consomment moins d’énergie et produisent moins de déchets. Cette approche a été formulée dans les années 1970 en Australie et a essaimé dans le monde anglo-saxon. Quand nous avons commencé en 2008, ce modèle était très peu présent en France. Nous sommes allés glaner des idées sur les formes d’agriculture à travers le monde. Ce que l’on constate est que plus on rend la ferme naturelle, plus elle gagne en productivité. La performance économique dépend de la performance écologique, ce qui est tout à fait nouveau dans le monde de l’agriculture. Ce modèle libère de l’espace pour planter des arbres, avoir des animaux. La ferme devient une mosaïque de petits milieux naturels. Il y a plein d‘externalités positives à ce modèle, comme la séquestration de carbone dans le sol et la biodiversité.

Quels sont les résultats de ce type d’agriculture ?

Sur 1000 m carrés, nous produisons 55 0000 euros de légumes commercialisés, c’est-à-dire 55 euros au mètre carré. Avec un tracteur dans un modèle traditionnel, les rendements sont de l’ordre de 5 euros au mètre carré. Nous produisons à la main autant de légumes que des collègues avec un tracteur sur 10 fois moins d’espace. Finalement, notre approche beaucoup plus naturelle se montre aussi beaucoup plus productive, ce qui est une excellente nouvelle.

En quoi la permaculture est-elle une solution durable ?

Parce que la nature est durable. Cela fait 3,8 milliards d’années que la vie s’est développée sur la planète et elle a survécu à toutes les crises. Prendre la nature comme inspiratrice rend le modèle plus durable. Lorsque on a une ferme d’un hectare, si on la cultive avec un tracteur, tout est cultivé, le sol est régulièrement mis à nu. Avec ce type d’agriculture, on est toujours dépendant de l’extérieur de la ferme car la terre perd de sa fertilité, ce qui nécessite des apports extérieurs. A surface égale, la production chez nous ne requiert qu’un dixième d’hectare. La ferme peut devenir auto fertile grâce au reste de l’espace qui produit de la biomasse utilisée pour fertiliser le « cœur intensif » cultivé. Nous créons du sol qui s’améliore en quantité et en qualité. De plus, nous stockons du carbone dans le sol et dans les arbres, ce qui a un effet sur le changement climatique, à notre petite échelle. Notre modèle protège aussi la biodiversité. Nous ainsi dans une spirale vertueuse et le temps joue en notre faveur.

Pensez-vous que ce modèle est généralisable ?

Complètement. A l’échelle de notre pays, un tel modèle pourrait être une source de création de nombreux emplois. L’agriculture actuelle dépend énormément du pétrole et il n’y en aura plus demain. Notre approche requiert juste le soleil. Nous ne couperons pas à une très profonde révolution dans notre manière de produire notre nourriture. La création de nombreuses microfermes naturelles et hautement productives pourrait être une solution pour nourrir l’humanité, notamment les pays du sud, où les très petites fermes cultivées à la main sont encore la norme, ce qui qui explique que nous sommes contactés par de nombreuses ONGs.

Un petit mot pour cette journée mondiale de l’environnement

Pratiquement un tiers de notre empreinte écologique est liée à notre alimentation

La manière dont nous nous nourrissons impacte énormément la planète. Pratiquement un tiers de notre empreinte écologique est liée à notre alimentation. L’agriculture est un facteur de transition sociétale majeur pouvant avoir un effet levier sur beaucoup d’autres secteurs. En partant de notre nourriture, nous pouvons revisiter toute notre manière de vivre et n’utiliser qu’une seule planète (l’empreinte écologique du français est actuellement de trois planètes). C’est une solution élégante pour sortir par le haut de la crise écologique dans laquelle nous nous enfonçons.

Pour en savoir plus :

Site de la ferme du Bec Hellouin

Livre : Guérir la Terre, nourrir les Hommes, Perrine et Charles HERVÉ-GRUYER, Editions Actes Sud, 2014

Bpifrance et ses clients : une relation de confiance renouvelée

15 min 20 sec ago

7,6/10 c’est la note de satisfaction que les clients de Bpifrance lui ont attribué en 2017, un chiffre en progression pour la troisième année consécutive ! Les entreprises clientes plébiscitent cette année encore les relations de proximité et de confiance avec les interlocuteurs Bpifrance.

Les solutions Bpifrance
  • Bpifrance finance les entreprises – à chaque étape de leur développement – en crédit, en garantie et en fonds propres.
  • Bpifrance les accompagne dans leurs projets d’innovation et à l’international. Désormais, Bpifrance assure aussi leur activité export à travers une large gamme de produits. Conseil, Université, mise en réseau et programme d’accélération à destination des startups, des PME et des ETI font également partie de l’offre proposée aux entrepreneurs.
  • Grâce à Bpifrance et ses 48 implantations régionales, les entrepreneurs bénéficient d’un interlocuteur proche, unique et efficace pour les accompagner à faire face à leurs défis.
Le vote
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
  • Oui
    61%
  • Non
    39%
Les dernières vidéos

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.